Communiqué de presse : majorité populaire pour davantage de responsabilité des multinationales, majorité des cantons perdue

29.11.2020

Les initiant-e-s de l’initiative pour des multinationales responsables sont ravis d'obtenir la majorité populaire mais déçus d'avoir échoué à réunir la majorité des cantons. Aujourd’hui, le lobby des multinationales s’est hélas imposé, en partie grâce à des contre-vérités.

Remerciements et déception
Les initiant-e-s de l’initiative pour des multinationales responsables sont ravis d’obtenir la majorité populaire mais déçus d’avoir échoué à réunir la majorité des cantons. Aujourd’hui, le lobby des multinationales s’est hélas imposé, en partie grâce à des contre-vérités.

.
Les grandes multinationales sont parvenues à faire croire que les PME étaient particulièrement concernées par l’initiative, alors même qu’elles en étaient exclues. La conseillère fédérale a propagé contre tout avis raisonnable l’allégation trompeuse d’une inversion du fardeau de la preuve. Et les comités gérés par l’agence furrerhugi ont non seulement diffusé des informations fallacieuses sur les portails de Tamedia, mais ils ont aussi répandu la peur d’une « vague de plaintes » à l’américaine – alors que les obstacles à toute procédure sont très élevés en Suisse. Somme toute, la tactique de déstabilisation du lobby des multinationales a malheureusement payé.
.

Remerciements aux dizaines de milliers de bénévoles
Les initiant-e-s remercient chaleureusement les dizaines de milliers de bénévoles qui ont œuvré dans cette campagne et ainsi permis de convaincre une majorité de la population. Cela fait longtemps qu’une votation n’avait plus mobilisé autant de monde. Malgré la déception du jour, le lobby des multinationales ne pourra pas revenir en arrière. Plus personne ne conteste aujourd’hui que les multinationales doivent respecter les droits humains et les standards environnementaux à l’étranger. Durant ces derniers mois, toutes les grandes multinationales ont prétendu travailler dans ce sens. Elles devront maintenant agir en conséquence.


Les exigences de l’initiative seront mises en œuvre
Aujourd’hui, de plus en plus de Suisses et de Suissesses sont d’avis qu’une multinationale ne peut engranger des bénéfices aux dépens des êtres humains et de l’environnement. C’est pour cette raison qu’une majorité de la population a voté Oui. Parallèlement, les pays adoptant des lois sur la responsabilité des multinationales sont toujours plus nombreux.

Les initiant-e-s sont convaincus que d’ici quelques années, les exigences de l’initiative seront appliquées en Suisse aussi. Dans cette perspective, toutes les organisations continueront à s’engager de toutes leurs forces.
.

Citations :
Dick Marty, co-président du comité d’initiative et ancien conseiller aux États PLR tessinois : « Aujourd’hui, j’aimerais surtout remercier les bénévoles. Même si nous devons reconnaître aujourd’hui que le lobby des multinationales et ses contre-vérités ont gagné, la campagne a montré que des dizaines de milliers de citoyennes et de citoyens peuvent accomplir de grandes choses. L’engagement des citoyen-ne-s, qui a permis d’obtenir la majorité de la population, est très encourageant pour l’avenir. Je continuerai à m’engager pour la justice. »

Monika Roth, co-présidente du comité d’initiative, professeure de droit et spécialiste en compliance : « Je suis convaincue qu’un engagement volontaire sans contrôle ni responsabilité ne suffit pas pour obliger toutes les multinationales à respecter les standards environnementaux internationaux et les droits humains. Le contre-projet indirect n’apportera donc aucune amélioration. Il est clair que la vaste coalition pour davantage de responsabilité des multinationales continuera à s’engager pour que toutes soient tenues à un degré minimal de responsabilité. »

Plus de communiqués de presse :

Tous les communiqués de presse ici :

08.04.2021

Pas de muselière pour les Églises

Le Tribunal fédéral classe les recours en matière de droit de vote contre l'engagement des Églises pour l’initiative multinationales responsables. Le fait que les Églises s'expriment sur des questions éthiques fondamentales et participe aux débats publics fait partie d'une démocratie vivante.

En savoir plus