Syngenta vend du Paraquat, pesticide hautement toxique

La multinationale Syngenta, basée à Bâle, vend en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud des tonnes de pesticides interdits chez nous. Parmi eux, le Paraquat, qui a provoqué des milliers d’intoxications mortelles.

En avril 2021, la RTS a fait état d’une enquête inquiétante menée par Public Eye au sujet d’un pesticide hautement toxique de Syngenta : le paraquat. Des dizaines de milliers d’adultes et d’enfants sont morts à cause de ce pesticide toxique selon les estimations – une gorgée suffit à tuer, et il n’y a pas d’antidote. Il est donc interdit depuis longtemps en Suisse, mais Syngenta continue à le vendre dans de nombreux pays.

 

Des centaines de documents internes ont dévoilé que Syngenta et ses prédecesseurs étaient au courant et acceptaient ces décès : depuis 1990 au moins, la multinationale sait que la concentration d’émétique (un agent vomitif) dans ce pesticide est bien trop faible pour prévenir les décès accidentels ou les tentatives de suicide par empoisonnement. Pour réduire le danger du pesticide, il faudrait diluer le produit, augmenter la dose d’émétique ou remplacer le pesticide liquide par des granulés solides.

Mais Syngenta s’y est refusée jusqu’à aujourd’hui – par intérêt commercial et de profit uniquement. Pire encore, la multinationale a utilisé des informations apparemment fausses sur l’efficacité supposée de la faible concentration d’émétique pour faire croire aux autorités de régulation que son produit était plus sûr que celui de ses concurrents. Ainsi, la multinationale a réussi à plusieurs reprises à éviter les interdictions du paraquat et a continué à réaliser des profits élevés avec ce produit hautement toxique.

 

Pour plus d’informations :

 

Dans la presse :

Plus d'exemples:

Tous les exemples ici

Des adolescents triment dans une mine de Glencore

Dans une mine de zinc, de plomb et d’argent exploitée par une filiale de Glencore à Porco en Bolivie, des accidents mortels surviennent régulièrement ; les environs sont pollués ; des adolescents triment dans les galeries ; les plus jeunes ont à peine onze ans.

En savoir plus