Des exportations suisses de pesticides empoisonnent des paysans indiens

L’année passée dans le district d’Inde centrale Yavatmal, des centaines de paysans et travailleurs agricoles ont été empoisonnés en l’espace de quelques semaines en pulvérisant des pesticides sur leurs champs de coton.

Plus de vingt d’entre eux sont décédés des suites de cet empoisonnement, et les survivants souffrent encore aujourd’hui de séquelles graves. Une recherche de Public Eye démontre qu’un insecticide fabriqué en Suisse, du nom de Polo, a joué un rôle clé dans cette vague d’empoisonnement. Syngenta exporte ce Polo depuis la Suisse vers des pays tels que l’Inde, le Brésil ou le Pakistan, bien que cet insecticide soit depuis longtemps interdit ici en raison de sa dangerosité pour la santé et l’environnement.

Les recherches de Public Eye sur la vague d’empoisonnements en Inde sont en ligne ici : www.exportationstoxiques.publiceye.ch

Cela change avec l'initiative :

Le devoir de diligence tel que prévu par l’initiative pour des multinationales responsables contraindrait Syngenta à identifier les risques en termes de droits humains et d’environnement dans leurs pratiques commerciales, et à prendre des mesures appropriées. En ce qui concerne l’utilisation de ces pesticides toxiques dans un contexte tel que celui de Yavatmal, la multinationale ne pourrait qu’y mettre un terme, car ainsi que le montre le reportage, une utilisation sans danger de ce produit ne peut être assurée. L’entreprise devrait donc cesser sa commercialisation.

Plus de scandales :

Tous les scandales ici :

Syngenta: herbicide mortel

Syngenta vend du Paraquat dans plusieurs pays en développement, alors même qu’elle sait que ce pesticide controversé ne peut pas y être utilisé d’une manière adéquate.

En savoir plus

Valcambi achète de l’or produit par des enfants

Une raffinerie tessinoise importe de l'or en provenance du Togo. Seul problème : le Togo n'est pas producteur d'or. Le métal provient en réalité du Burkina Faso, où les conditions de travail dans les mines sont atroces. Près de la moitié des mineurs sont des enfants.

En savoir plus

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations.

Les paramètres des cookies sur ce site Web sont réglés sur "Autoriser les cookies" afin d'offrir la meilleure expérience de navigation. Si vous utilisez ce site Web sans modifier les paramètres des cookies ou cliquez sur "Accepter", vous indiquez votre approbation.

Fermer