Travail des enfants dans les plantations de cacao

Alors que la domination de quelques multinationales sur la chaîne d’approvisionnement de l’industrie du chocolat ne cesse de se renforcer, les producteurs de cacao d’Afrique de l’Ouest vivent dans une pauvreté croissante.

En Côte d’Ivoire, le principal pays de production du cacao, une famille vivant de sa culture devrait gagner quatre fois plus pour atteindre le seuil de pauvreté officiel fixé à 2 dollars par jour. De si faibles revenus entraînent des violations des droits humains : rien qu’au Ghana et en Côte d’Ivoire, plus de 2 millions d’enfants sont contraints de travailler, de manière abusive, dans de petites plantations de cacao plutôt que d’aller à l’école, leurs parents n’ayant pas les moyens d’engager la main-d’oeuvre nécessaire.

Non seulement la Suisse est le deuxième consommateur de chocolat par habitant au monde après l’Allemagne, avec environ 11 kilos par personne et par an, mais cette douceur figure aussi parmi ses produits d’exportation les plus connus et appréciés. Cinq des principaux producteurs, transformateurs et distributeurs de chocolat au monde ont leur siège en Suisse : Nestlé à Vevey, Mondelēz (anciennement Kraft Foods) à Zurich (siège européen), Lindt&Sprüngli à Kilchberg, Barry Callebaut à Zürich et ECOM Agroindustrial à Pully.

Vous trouverez plus d’informations ici.

Cela change avec l'initiative :

L’adoption et la mise en oeuvre de l’initiative imposeraient des conditions semblables à toutes ces sociétés. Elles auraient le devoir de mettre en place des procédures de diligence raisonnable afin d’empêcher le travail abusif des enfants. Ces firmes devraient, par exemple, renforcer la transparence de la chaîne de production, garantir une amélioration des conditions de travail et de vie dans les exploitations de cacao, et veiller enfin à ce que les familles de cacaoculteurs perçoivent un revenu de subsistance. Les entreprises suisses productrices ou transformatrices de chocolat devraient agir pour une meilleure traçabilité des fèves de cacao et de leurs conditions de production.

Plus de scandales :

Tous les scandales ici :

Syngenta: herbicide mortel

Syngenta vend du Paraquat dans plusieurs pays en développement, alors même qu’elle sait que ce pesticide controversé ne peut pas y être utilisé d’une manière adéquate.

En savoir plus

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l'utilisation de cookies Plus d'informations.

Les paramètres des cookies sur ce site Web sont réglés sur "Autoriser les cookies" afin d'offrir la meilleure expérience de navigation. Si vous utilisez ce site Web sans modifier les paramètres des cookies ou cliquez sur "Accepter", vous indiquez votre approbation.

Fermer